#SmartCities

La Wallonie, terre d’innovations ?

• Bookmarks: 1


Semaine intense pour les acteurs de l’innovation de Grand Paris Seine Ouest qui, après les travaux avec la ville chinoise de Leshan sur la smart city, ont échangé pendant deux jours, les 21 et 22 octobre derniers, avec une cinquantaine de représentants de villes, universités et entreprises wallonnes (voir la liste ici). Cette rencontre s’est déroulée dans le cadre d’une mission exploratoire consacrée aux Smart Cities, en lien avec le programme Creative Wallonia qui vise à intégrer l’innovation et la créativité au cœur de l’économie et de la société wallonnes.

Les organisateurs de la mission,  l’Awex et WBI (Wallonie-Bruxelles International) avaient identifié quatre villes françaises à étudier : Strasbourg, Issy-les-Moulineaux, Bordeaux et Nantes. Un choix justifié par la place qu’elles occupent dans les classements des villes intelligentes et par les informations récoltées par le réseau d’attachés économiques et commerciaux de l’Awex basé en France, en collaboration avec la Délégation générale Wallonie-Bruxelles à Paris.

Le chef de la délégation, Maxime Prévot, Vice-président du Gouvernement wallon, a présenté le “Plan Marshall 4.0” qui place le soutien à l’innovation numérique parmi ses priorités, notamment pour la simplification administrative, la participation citoyenne, la mobilité urbaine et l’accessibilité aux soins de santé.

Au-delà de ce plan, les participants aux rencontres ont pu apprécier le formidable dynamisme dégagé par la partie belge, notamment via son agence du numérique, Digital Wallonia. Chacune des villes présentes a pu décliner ses projets innovants comme, entre autres :

 

Outre ces échanges, la délégation wallonne a visité le centre de création numérique de Grand Paris Seine Ouest, le Cube, discuté avec le robot Nao au Temps des Cerises, l’équipement dédié à la Culture et au Numérique du Fort d’Issy, rencontré les acteurs de l’éco-quartier numérique, notamment sur la géothermie et la collecte pneumatique des déchets, ainsi que les membres du consortium d’IssyGrid. Bref, découvrir quelques unes des réalisations innovantes d’Issy-les-Moulineaux dans ce domaine. Sous les auspices de la délégation générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles à Paris, les wallons ont également échangé avec les responsables du pôle de compétitivité Cap Digital, et notamment la directrice du Festival Futur en Seine, Camille Pène, pour évoquer l’édition 2016 du grand rendez-vous du numérique français, et Jérôme Coutant, responsable des projets numériques à la Société du Grand Paris, venu présenter le futur “métro le plus digital du monde“.

En raison de la proximité géographique, des affinités culturelles, de la complémentarité entre nos économies et de l’ouverture du marché belge aux biens et services français, la Belgique occupe la 3ème place parmi les clients extérieurs de la France. De ce fait, le Belge est, de loin, le plus gros acheteur mondial de produits français par tête d’habitant. Pour la Belgique, la France est un partenaire commercial de premier ordre puisque c’est son 2ème client (1er client en ce qui concerne la Wallonie) et son 3ème fournisseur (2ème fournisseur en ce qui concerne la Wallonie). Le montant des exportations françaises vers la Belgique est plus du double de celui des exportations vers la Chine. À l’heure où l’attention médiatique se porte de manière récurrente sur les pays émergents, c’était une belle occasion de rappeler l’intérêt des marchés de proximité.

comments icon0 comments
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.