#Covid19

Le télétravail impacte encore le volume des déplacements en Ile-de-France


La reprise des déplacements en Ile-de-France est beaucoup plus rapide qu’en 2020, et les indices de confiance sanitaire en faveur des transports enregistre une sensible augmentation également. Mais leur volume reste encore inférieur au niveau d’avant-crise, notamment en raison du télétravail, dont la pratique reste très forte.

C’est ce qui ressort des résultats de la cinquième enquête en ligne menée par le « Collectif Mobilité Île-de-France » sur l’évolution des pratiques de mobilité urbaines des Franciliens, en l’espace d’un an. Menée du 16 au 24 juin 2021 auprès de 1 325 personnes, cette étude témoigne de la reprise des déplacements en Ile-de-France en cette période de déconfinement, par rapport aux niveaux constatés en janvier 2021 et surtout en septembre 2020 (enquête plus comparable). L’enquête montre une reprise des déplacements beaucoup plus rapide qu’en 2020, mais aussi une augmentation sensible des indices de confiance sanitaire en faveur des transports.

Cette cinquième enquête a été réalisée alors que la majorité des contraintes sanitaires avaient été levées et que les réouvertures des restaurants, cinémas, salles de sport et lieux culturels étaient largement engagée. Les résultats confirment ainsi une reprise de mobilité (re-mobilité), sur la plupart des motifs de mobilité.

Bien sûr, si cette reprise est évidente par rapport à l’enquête de janvier dernier, où le niveau de déplacements avait fortement chuté, il est surtout intéressant de la comparer aux indicateurs de septembre 2020.

Comme en septembre dernier, le volume de déplacements en Ile-de-France reste toujours inférieur au niveau d’avant-crise, mais l’écart avec ce niveau de référence diminue. Ainsi :

  • Seuls 30% des répondants indiquent effectuer moins de déplacements en juin 2021, pour leur vie quotidienne qu’avant-crise. Ils étaient encore 44% en septembre 2020.
  • Pour leurs loisirs, 41% indiquent encore des déplacements moins nombreux qu’avant-crise. Ils étaient 55% en septembre 2020.
  • Enfin même les déplacements professionnels sont en progression, puisque 48% indiquent en faire moins qu’avant-crise, alors qu’en septembre dernier, cette proportion était de 69% !

Seuls les trajets domicile-travail reste à niveau comparable à ceux de septembre dernier, puisque que 47% des répondants annoncent moins de déplacement domicile-travail qu’avant la crise, en ce mois de juin 2021, alors qu’ils étaient 44% en septembre dernier. Cela confirme une pratique du télétravail encore très forte mi-juin 2021.

Pour le collectif d’une trentaine d’acteurs de la mobilité, dont So Mobility et Grand Paris Seine Ouest, un autre résultat intéressant de cette enquête est la remontée significative des indices de confiance sanitaire, notamment pour les transports collectifs, qui passent de -14 en janvier à +15 aujourd’hui. Pour mémoire, cet indice était encore à -11 en septembre 2020. Cette progression peut bien sûr être mise en relation avec l’amélioration de la situation pandémique observée depuis début mai, mais elle est également en cohérence avec le retour en grâce « relatif » des déplacements en transport en commun, à un niveau déjà supérieur à ceux indiqués par les répondants en septembre dernier.

On constate également un léger reflux de la voiture personnelle ou du vélo, qui ont été plébiscités depuis la sortie du premier confinement. Les 3 indicateurs suivants sont révélateurs de ce rééquilibrage des modes de déplacements :

  • 55% des répondants à l’enquête de ce mois de juin, indiquent utiliser les transports en commun urbains de la même façon qu’avant la crise. Ils étaient 41% en janvier, et 53% en septembre 2020.
  • 27% des répondants de l’enquête de septembre 2020 indiquaient utiliser davantage leur voiture ou avoir commencé à l’utiliser. Ils ne sont plus que 20% en ce mois de juin 2021.
  • Enfin pour le vélo, s’ils sont 34% à indiquer l’utiliser davantage ou à avoir commencé, en ce mois de juin, l’engouement s’est un peu ralenti par rapport à septembre dernier où ce total était de 45%. Dans les 2 cas, il s’agit de périodes favorables en termes de météo et de contraintes sanitaires.

« Grâce à l’historique des enquêtes, dont nous disposons, ce Volet 5 fait apparaître sur de nombreux résultats, une tendance des Franciliens à reprendre leur mobilité, avec une intensité et une vitesse plus fortes que celles constatées en 2020. A ce titre, ils révèlent une adaptation croissante aux variations de mobilité induites par la succession des contraintes, mais aussi une capacité à reprendre leurs déplacements plus rapidement » précise Vincent Pilloy fondateur d’Inov360, coordinateur du collectif.

Enfin, cette nouvelle enquête confirme encore, en cet été 2021, la nette préférence des Franciliens pour les destinations en France, pour leurs vacances, à 68%. Ils étaient 78% en 2020. La différence bénéficie principalement aux destinations européennes qui représentent 17%, en progression de 7% par rapport à 2021.

comments icon0 Commentaire
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.