Peut-on inverser la courbe du chômage en misant sur le numérique ?

 -  - 


“Aux fondements de nos craintes sur les technologies, il y a Schumpeter et la destruction créatrice, les ruptures, les nouveautés nous font peur parce qu’elles peuvent détruire nos emplois. Mais pourquoi ne regardons-nous pas davantage les créations d’emploi qu’elles génèrent et les formidables opportunités qu’elles offrent ? Devons-nous sombrer comme les Luddites à imaginer à production stable que deux robots de plus c’est deux emplois de moins ? Et si nous conservions le même nombre de salariés en ajoutant ces deux robots, ne serions nous pas plus productifs ?”. C’est par ces propos que l’économiste Pascal de Lima a démarré la conférence organisée le 18 février dans le cadre des “jeudis de l’Eco” à Boulogne-Billancourt.

Quelque chose est en train de changer, selon lui, car le développement des technologies d’usage, de procédés, et organisationnelles comme les start-ups sans oublier les réseaux sociaux explosent comme jamais. Il faut en finir avec des concepts dépassés, insistant sur l’idée que “nous vivons un phénomène qui n’arrive qu’une ou deux fois par siècle !”, une révolution technologique, une rupture sans précédent dans l’histoire de l’humanité, car l’entrepreneur est le pivot du système.

Pensons “pourquoi” et non “comment” ! Pensons “service” et non “routine aveuglante” a t-il poursuivi. “Pensons création de richesses et nouveaux services, nous verrons que les emplois ne disparaissent pas aussi simplement que cela”. Bien sûr, il faudra se former, oublier le passé et penser au futur, bien sûr il y aura des abus à réguler, des intermédiaires à interroger, des freins à la centralisation des données, “mais la transition du secteur primaire agricole vers le secteur secondaire industriel a t-elle été qu’une promenade de santé ? Et ces familles qui devaient fuir les villages pour venir se tasser dans les villes et trouver un travail ? Rien n’a été facile et rien ne s’est fait du jour au lendemain”. Moyennant un peu d’effort, il se pourrait bien que les technologies et le secteur du numérique portent enfin dans ses fondements les solutions à une société plus efficace et plus juste. N’ayons pas peur de lui donner une chance au risque de reléguer la France dans d’interminables blocages…” a t-il conclu.

comments icon 0 comments
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.