#Innovation

Portrait : Olivier Novasque (Sidetrade), engagé volontaire dans le logiciel français

• Bookmarks: 2


Pionnier du logiciel en mode SaaS en France avec Sidetrade, implantée à Boulogne-Billancourt, Olivier Novasque s’investit également dans le développement de l’industrie du logiciel au sein de l’AFDEL, dont il est Vice-président, et en tant que capital-risqueur.

En 2000, il décide de quitter General Electric pour lancer sa propre société : « il n’existait aucune solution spécifique dédiée à la gestion des retards de paiement, des risques ou litiges ». Après une levée d’un million d’euros, la bulle Internet éclate mais il arrive à lever des fonds à nouveau en 2002 par le biais d’un bridge loan de ses capitaux-risqueurs qui convertiront celui-ci en actions en 2004, une fois que Sidetrade aura atteint son point d’équilibre.

Et si les 5 millions levés quand Sidetrade est devenue la troisième société cotée sur Alternext, en 2005, ont permis d’accélérer son développement et de l’ancrer fermement dans le Cloud, le diplômé de l’ESC Toulouse est conscient que cela aurait pu mal tourner : « La majorité des introductions en bourse ne se passent pas très bien, dans le logiciel très peu de boites arrivent à exprimer et faire ressortir un cours en hausse par rapport au cours d’introduction, mais nous avons doublé notre valeur pour nos actionnaires ». Et de préciser que le groupe est passé de 4 à 13 millions d’euros de chiffre d’affaires, d’une perte d’un million à 2 millions de bénéfice net, a versé un million de dividendes l’an passé et qu’il emploie 120 personnes. Sa fierté est d’autant mieux placée que depuis, Sidetrade a procédé au rachat de deux sociétés (Tresofi et Cashback Avantage Client), ce qui est toujours risqué, et génère du cash pour des clients de plus en plus nombreux.

« L’aventure se poursuit : nous avons créé une filiale en Grande-Bretagne en 2012 et nous allons en ouvrir une autre prochainement en Irlande », ajoute Oliver Novasque, qui a manifestement bien géré son poste clients puisque Sidetrade affiche aujourd’hui plus de 8 millions d’euros de trésorerie.

Parallèlement, le PDG de Sidetrade a commencé à s’investir dans l’Association Française des Editeurs de Logiciels (AFDEL), dont il est devenu Vice-président en 2012. « J’ai voulu m’engager pour représenter le software au sein de Syntec Numérique. Nous devons exister auprès des pouvoirs publics. C’est un combat important parce que le logiciel est au cœur du numérique et le numérique au cœur de l’économie. 70% de la valeur d’un Airbus, c’est du logiciel embarqué. Pour rattraper notre retard, il est vital que le gouvernement attache une importance particulière à l’industrie du logiciel ».

Olivier Novasque a participé à la création d’un club d’entrepreneurs investisseurs spécialisé dans le financement en amorçage des jeunes éditeurs de logiciels innovants : Seed4Soft. « Il faut absolument innover et innover, aujourd’hui, c’est avant tout le numérique et le numérique, c’est avant tout les logiciels », insiste-t-il.

Zoom sur Sidetrade
Créé en 2000, Sidetrade est un éditeur de logiciel à la demande (SaaS) dédié à l’optimisation de la relation financière clients. Il propose de réduire les retards de paiement interentreprises et de sécuriser les encours clients, ce qui contribue à générer du cash chez ses clients.

comments icon0 Commentaire
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.