Les Smart Territoires d’Ile-de-France mobilisés autour de la Ville Durable

 -  - 


La Région Ile-de-France organisait ses 1ères Assises régionales des smart territoires à Issy-les-Moulineaux, ce 12 juin.  Une matinée d’échanges et de retours d’expériences pour les élus, décideurs publics, aménageurs et entreprises souhaitant s’engager dans des démarches de transformation numérique et écologique des territoires.

Organisées en préambule à Futur.e.s, le festival francilien de l’innovation numérique et écologique, qui a lieu les 13 et 14 juin, elles avaient pour objectif de mobiliser les acteurs franciliens dans une démarche d’innovation ouverte pour accélérer le développement de services numériques, notamment dans le domaine du développement durable. Alexandra Dublanche, la vice-présidente de la Région en charge du développement économique, a d’ailleurs profité de l’occasion pour rappeler que la Ville Durable était au coeur de l’actuel appel à projets Innov’up Proto.

 

Le maire d’Issy-les-Moulineaux, André Santini, a également rappelé que “le numérique est un formidable outil que nous devons aussi mobiliser pour lutter contre le réchauffement climatique, en l’utilisant en priorité pour réduire la pollution atmosphérique et nos consommations énergétiques et développer de nouveaux modes de transports, moins polluants et plus efficaces”, citant les expérimentations menées dans le cadre d’Issy Grid et de So Mobility comme des exemples non exhaustifs d’actions menées dans cette direction.

Se déclarant “fier qu’Issy-les-Moulineaux puisse apporter sa contribution à l’ambitieux développement de la Smart Région”, André Santini a souligné sa vision d’une Smart City à visage humain : “il faut voir la « smart city » comme la promesse d’une ville soucieuse de son environnement, capable d’éviter la congestion de ses infrastructures de transport, maîtresse de ses consommations (eau, énergie) et dotée de moyens de communication facilitant l’accès des citoyens à l’ensemble des services”. “C’est une nouvelle vision de la ville, plus astucieuse, plus fluide, plus participative, plus collaborative qui est proposée aux citadins de demain”, a-t-il poursuivi, avant de conclure sur le fait que “toutes ces initiatives n’ont finalement qu’un seul et même objectif : moderniser nos territoires, les adapter aux évolutions de la vie d’aujourd’hui et les préparer à affronter les grands enjeux urbains et climatiques auxquels ils devront faire face demain”.

 

Les exemples présentés au cours de cette matinée, autour de la conception de services innovants grâce à la donnée (succès de l’application Tell My City à Argenteuil ou le BIM citoyen d’EpaMarne) ne doivent cependant pas masquer les risques liés à la sécurité. Même si le représentant de l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), pour qui “les collectivités territoriales sont le maillon faible de l’administration”, n’a guère convaincu en brandissant l’exemple de la ville américaine de Baltimore, paralysée pendant trois semaines par une attaque informatique de grande ampleur, le développement des capteurs, caméras de vidéosurveillances et autres objets connectés nécessitent une vigilance accrue de la part des responsables des systèmes d’information des collectivités car ils représentent souvent une porte d’entrée facile pour les hackers. Il faut donc sensibiliser et bien réfléchir en amont sur la protection des services mis en oeuvre. L’ANSSI propose prodigue de nombreux conseils sur son site web

Smarter together

La clé de la réussite est souvent lié aux partenariats entre les acteurs publics et privés. L’agglomération de Saint-Quentin en Yvelines, par exemple, est particulièrement active pour animer son tissu économique et académique autour de projets de recherche collaboratifs, comme pour l’éclairage public connecté ou le projet PACLIDO pour sécuriser l’Internet des objets. De son côté, l’université de Paris Est travaille sur un ambitieux projet avec Eiffage sur le futur eco-quartier Lavallée à Chatenay Malabry.

 

L’Île-de-France accueille un emploi du numérique sur deux en France. Forte de 150 000 sociétés et plus de 500 000 emplois, elle est le moteur numérique de notre pays et en tant que Région leader, elle se fixe comme objectif de promouvoir l’excellence et le dynamisme des acteurs franciliens en lançant un réseau francilien des smart territoires pour aider ceux-ci à favoriser les synergies et l’innovation ouverte entre public et privé. Après l’été, une phase de concertation des smart territoires sera menée, sous forme d’ateliers thématiques, pour présenter de nouveaux outils mis à leur disposition, à travers “Ile-de-France Smart services”, un concentrateur de données regroupant tous les acteurs publics et privés souhaiteront développer de nouveaux services ou un grand “double numérique en 3D” de la Région, avec tous les bâtiments et leurs données associées.

 

comments icon 0 comments
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.