#Bigdata

Les 3 mots-clés de l’opendata à Issy : transparence, innovation, efficacité

• Bookmarks: 1


L’initiative opendata de la ville d’Issy-les-Moulineaux remonte à 2012, bien avant que la loi pour une République numérique ait été promulguée. Le blog d’OpendataSoft revient sur cette expérience à travers un entretien avec la directrice du Guichet Unique IRIS de la ville.

Depuis plus d’une dizaine d’années, le guichet unique IRIS reçoit les demandes effectuées par téléphone, e-mail, courrier ou directement à l’accueil du centre administratif. Sa directrice, Marie Auriemma, coordonnne également le déploiement de l’opendata, en s’appuyant sur un référent dans chaque service municipal. “Cette démarche opendata était initialement pilotée par la SEM Issy Média, en charge de la communication et de l’innovation pour la ville. Mon équipe en a pris la relève il y a maintenant deux ans de cela”.

Elle estime que la ville a avancé sur les trois principaux objectifs assignés à l’opendata (transparence, innovation, efficacité en interne), en rappelant que “les premières données qui ont été mises en ligne ont donné naissance à notre rapport financier, qui était en soi une action inédite pour un acteur du secteur public. Nous avons mis ces données en ligne sur la plateforme opendata mais, plus encore, nous les avons retravaillées à maintes reprises pour qu’elles soient lisibles par tous les citoyens, qu’ils aient ou non des compétences financières et fiscales. Cet exemple illustre bien notre approche initiale et notre objectif de communication citoyenne”. Aujourd’hui, le portail data.issy.com propose 167 jeux de données.

En interne, cela a pris un peu plus de temps, reconnait-elle. “Une fois que nous avons pu exploiter le bénéfice des données publiques pour nos citoyens, nous nous sommes attardés un peu plus sur le profit que nos équipes internes pourraient en tirer. Nous sommes actuellement au cœur de ce sujet. Nous travaillons sur des tableaux de bord en interne avec des indicateurs qui s’appuient sur le portail opendata de manière à ce que, à la fois les élus, mais aussi l’ensemble des services bénéficient de tableaux de bord globaux sur lesquels figurent les activités des différents services, les grands chiffres clés, les objectifs à signer et l’atteinte ou non de ces objectifs”.

Echanger pour mieux partager

 

Si la démarche opendata est en train de s’enrichir avec un certain nombre de projets qui sont plutôt du type big data, données issues de capteurs, Marie Auriemma rappelle l’importance des échanges entre collectivités locales sur ces sujets. Un groupe de travail a d’ailleurs été constitué au sein de Grand Paris Seine Ouest pour que “les référents de chaque ville puissent se coordonner afin de produire les mêmes données sur un territoire plus vaste. Plus nous élargissons notre cercle de partage, plus nous aurons des données pertinentes à exploiter”. Cela vaut aussi pour les projets européens auxquelles la ville participe via Issy Média, comme POLIVISU. “Là encore, il s’agit de développer des outils de visualisation permettant, à partir de données existantes, d’aider à la décision des élus”.

Les données sont essentielles pour s’inscrire dans une démarche de Smart City. “Car ce sont elles qui nous permettront d’identifier plus efficacement nos marges de progression, notamment dans des domaines clés comme les économies d’énergies et le développement de modes de transports moins polluants”. La Ville s’investit aux côtés de partenaires économiques privés dans deux projets d’ampleur : Issy Grid et So Mobility, dans lesquels la collecte, l’analyse et le partage des données sont indispensables pour construire des outils d’aide à la décision. 

comments icon1 comment
bookmark icon

One thought on “Les 3 mots-clés de l’opendata à Issy : transparence, innovation, efficacité

    Write a comment...

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.