#SmartCities

Une étude dresse le panorama de 15 smart cities françaises


L ‘association France Urbaine dévoile un panorama de 15 villes, dont Issy-les-Moulineaux, qui mettent en valeur les spécificités de la smart city française.

La neuvième édition de la Smart City Expo World Congress de Barcelone (SCEWC), congrès mondial des villes intelligentes, prend place du 19 au 21 novembre dans l’enceinte Gran Via de Fira de Barcelona. Cet événement, le principal  du genre dans le monde, invite plus de 1000 exposants et près de 700 pays afin de présenter les dernières évolutions technologique dans la cité. 

Les nouvelles connectivités issues de la téléphonie 5G, l’économie collaborative, l’économie circulaire, les villes résilientes, la gentrification, les systèmes de transport innovants et les villes inclusives font l’objet d’interventions de 400 conférenciers.

L ‘association France Urbaine, qui regroupe les grandes villes, intercommunalités et métropoles françaises, profite de l’occasion pour publier un panorama des initiatives d’une quinzaine de villes qui mettent en valeur les spécificités de la smart city française.

Existe-il un modèle français de la smart city ?

France urbaine saisi l’occasion du salon de Barcelone pour dévoiler cette nouvelle publication intitulée « Villes, numérique et innovation sociale : expériences françaises ».  En recensant des innovations mises en place dans 15 villes françaises, dont Issy-les-Moulineaux, cette publication met en perspective les différentes initiatives des grandes villes, grandes intercommunalités et métropoles pour concilier numérique et mieux-vivre en ville.  

Une quinzaine de fiches, chacune dédiée à une collectivité, recense à la fois la démarche globale portée en matière de ville intelligente, et dresse un panorama des initiatives prises par les centres urbains, permettant d’apprécier les contours de la ville de demain et d’identifier le numérique comme un puissant levier d’aménagement du territoire, facilitateur du quotidien et vecteur d’innovation sociale. Développement durable, mobilité, participation citoyenne, tiers-lieux, santé, éducation, culture…, la publication permet de mieux mesurer la façon de faire société à l’ère du numérique.

Quels enseignements à tirer ?

L’ensemble des contributions des centres urbains ont permis de mettre en exergue plusieurs points de convergence caractéristiques d’une approche française de la smart city : la ville intelligente française s’inscrit d’abord dans une recherche de la performance et de la sobriétéqu’elle soit énergétique pour pallier au réchauffement climatique ou qu’elle soit liée aux mobilités pour parer à la densité urbaine. Elle favorise également la constitution d’une gouvernance horizontale et en proximité : les différentes contributions mettent l’accent sur la constitution d’un écosystème numérique local – lequel mobilise l’exécutif local (élus et agents), entreprises et startups, mais également le tissu associatif et les citoyens – dans le but d’apporter une réflexion collective et adaptée aux usages du numérique et des nouvelles technologies pour les territoires. Elle s’évertue à ce que les projets et les innovations répondent aux spécificités locales, tandis que l’interterritorialité dispose d’une place de choix : les politiques de vivre-ensemble, de mobilité, de santé, d’inclusion numérique, etc., sont pensées sur un périmètre territorial large. L’emploi du numérique s’exprime lui aussi dans le cadre de l’alliance des territoires que porte France urbaine. 

Quelles perspectives ?

Cette démarche de valorisation à l’international permettra de mieux mesurer l’emploi spécifique des infrastructures et usages numériques des villes françaises, plaçant la smart city à la française comme un modèle à part entière.

Réalisée avec le soutien de la délégation à l’action extérieure des collectivités territoriales du  ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la publication sera relayée dans les différents réseaux protocolaires français (Ministères des Affaires étrangères, services économique des ambassades etc.) et systématiquement valorisée lors des événements auxquels France urbaine participera, notamment à l’international (Forum urbain mondial en février 2020, Assises de la coopération décentralisée, Sommet Afrique-France 2020 sur la Ville durable, etc.).

Quelles sont les 15 smart cities françaises étudiées ?

  1. Communauté urbaine d’Angers Loire Métropole
  2. Ville d’Annecy
  3. Dijon Métropole
  4. Communauté urbaine de Dunkerque
  5. Grenoble Alpes Métropole
  6. Ville d’Issy-les-Moulineaux
  7. Métropole européenne de Lille
  8. Métropole de Lyon
  9. Ville de Marseille
  10. Montpellier Méditerranée Métropole
  11. Ville de Mulhouse
  12. Mukhouse Alsace Agglomération
  13. Nantes Métropole
  14. Ville de Paris
  15. Eurométropole de Strasbourg

Si Issy-les-Moulineaux est, comme souvent, la plus petite ville du classement, son statut de “Smart city aux portes de Paris” lui permet d’afficher le résultat de sa politique d’innovation pour son développement économique et social. L’étude met notamment en lumière sa mobilisation pour le climat, sa politique de protection des données personnelles et sa stratégie open data.

comments icon0 comments
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.