#Covid19

Nouveau plan de l’Etat pour soutenir l’activité des start-up


Le gouvernement a dévoilé, le 5 juin dernier, un deuxième plan de soutien pour les start-up de la French Tech. Celui-ci vient compléter le fonds de 4 milliards d’euros débloqué par le gouvernement fin mars pour venir en aide aux jeunes entreprises affectées par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

L’objectif affiché est de ne pas passer à côté d’une innovation importante qui pourrait avoir des répercussions sur la souveraineté nationale.

CRÉATION D’UN FONDS FRENCH TECH SOUVERAINETÉ

Financé pour l’essentiel à travers le Programme d’investissements d’avenir (PIA), ce plan comprend la création d’un fonds d’investissement, géré par Bpifrance, destiné notamment à défendre les startups françaises, fragilisées par la crise, de l’appétit de prédateurs étranger.

Avec le fonds ‘French Tech Souveraineté’, il s’agit d’aider les start-up développant des technologies d’avenir à caractère souverain, une notion encore vague. Sont concernés le développement de services cloud, la biotechnologie, les énergies renouvelables, l’informatique quantique, la santé, la cybersécurité, l’intelligence artificielle, etc.. Ce fonds est doté d’un premier financement de 150 millions d’euros qui pourra être augmenté en 2021 pour atteindre plus de 500 millions d’euros si besoin. Le but est d’aider les jeunes pousses françaises afin d’empêcher leur éventuel rachat ou un dépassement technologique par des entreprises étrangères en raison d’un manque de moyen.

Et peu importe le stade de développement de la start-up. Cette dernière peut même être devenue une TPE ou une PME, elle pourra postuler à cette aide.

SOUTIEN POUR LA CRÉATION DE START-UP DEEP TECH

Le gouvernement réitère aussi son soutien à l’émergence de nouvelles start-up. Dans la continuité du plan du Deep Tech, une attention particulière est portée aux entreprises ayant une proposition technologique forte. Est annoncé la création du fonds d’investissement French Tech Accélération n°2, doté de 100 millions d’euros afin de soutenir les accélérateurs de start-up.

En parallèle, 15 millions sont dédiés aux programmes spécialisés dans l’entreprenariat Deep Tech. Et, une troisième tranche de 65 millions d’euros est débloquée en faveur des SATT, les Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies, qui sont créées par plusieurs établissements de recherche publics.

AIDE POUR TOUTES LES START-UP

Par ailleurs, le gouvernement renforce son aide à l’ensemble des entreprises technologiques en dotant le French Tech Bridge, qui aide les jeunes pousses entre deux levées de fonds, de 80 millions d’euros supplémentaires pour atteindre un total de 160 millions d’euros. Et, les start-up ayant “conjoncturellement le statut d’entreprise en difficulté et ne pouvant accéder au prêt garanti par l’Etat (PGE)” peuvent demander un prêt à Bpifrance qui dispose d’une enveloppe de 100 millions d’euros.

En outre, le gouvernement recharge de 120 millions d’euros le fonds d’investissement PSIM qui accompagne les jeunes pousses lauréates du Concours mondial d’innovation. Et, le Concours d’innovation i-Nov est doté de 20 millions d’euros supplémentaires (pour un total de 80 millions d’euros). Enfin, une nouvelle vague de challenges IA va être lancé pour un total de 15 millions d’euros.

La France compte environ 13 000 startups, employant plus de 100.000 personnes. Avant la crise, elles devaient selon le gouvernement créer près de 25 000 emplois nets en 2020, soit entre 10% et 20% du total. Aujourd’hui, il souhaite les aider à trouver les compétences recherchées. Cela passe par une présentation des métiers, parfois méconnus, de la tech et une campagne sur les opportunités d’emplois dans ce milieu.

comments icon0 Commentaire
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Processing...
Thank you! Your subscription has been confirmed. You'll hear from us soon.
Newsletter
ErrorHere